Archives de Catégorie: Non classé

La suite de nos aventures

Après 4 ans en France, nous voilà reparti, cette fois-ci en Chine ! Pour l’occasion, nous avons créé un nouveau blog : Elise et Mathieu à Shenzhen

Si vous souhaitez lire notre blog sur la NZ dans l’ordre chronologique, vous pouvez cliquer sur ce lien. Bonne visite !

Road-Trip Juillet : Samedi 30 – Wellington et All Blacks

Samedi 30 : Le matin nous nous mettons en route pour Wellington et allons visiter le fameux musée de Te Papa. La visite est intéressante, portant à la fois sur la géologie, la faune, l’histoire et la culture de la Nouvelle-Zélande de façon très interactive, mais on n’apprend rien de bien nouveau. On a pu tester le très célèbre simulateur de séisme, et on peut vous dire que ça n’a rien à voir avec un vrai !  Après avoir fait un peu de shopping et s’être rendu à un beau point de vue de la ville, nous allons chez Aaron, un couchsurfeur qui nous héberger pour la nuit. Nous passons la fin d’après midi ensemble, puis nous nous rendons en bus au Westpac Stadium. Eh oui, ce soirs les All Blacks, la célèbre équipe de rugby néo-zélandaise, joue contre l’Afrique du Sud dans le cadre du tournois des tris-nations. On a pu admirer au début de beaux maoris en tenue traditionnelle, et aussi et surtout le fameux haka, la danse guerrière maori que les All Blacks font à chaque début de match (mais ils étaient de dos !).  Il y avait une ambiance d’enfer, des drapeaux aux armes des All Blacks ont été distribués à l’entrée, le public a écrit ALL BLACKS dans les gradins et on avait le droit à des cris de groupies à chaque action de Dan Carter (bon, j’ai un peu crié aussi, j’avoue !). Avec un soutien pareil, les All Blacks ne pouvaient que s’imposer sans difficulté avec un score de 40 à 7, ça ne présage rien de bon pour nous durant la Coupe du Monde !

Les photos.

Les Pinnacles et la Hot Water Beach

Ce week end, nous avons organisé une sortie avec d’autres couchsurfeurs de la région, pour aller randonner sur la péninsule de Coromandel. Après un levé matinal et les derniers préparatifs, nous arrivons au pied de la Billygoat track, un chemin utilisé autrefois pour acheminer des troncs de kauri, cet arbre géant et endémique de la Nouvelle-Zélande. Le début grimpe sec, avec une volée de marches dont j’ai bien cru ne jamais voir la fin, mais non arrivons finalement à un replat qui offre une première vue sur une cascade et la vallée, très à pic et couverte de forêt humide.  On continue à travers les différents types de forêts, et on croise quelques souches de kauri, vraiment impressionnantes. On fini par arriver au refuge vers 3h, et prenons un petit thé au chaud, avant de repartir vers le sommet à 40min de là : la monte est raide (escaliers, puis échelles, et même escalade sur la fin), mais les Pinnacles, ces étranges piliers rocheux, offrent une vue superbe sur les deux cotes de la péninsule. C’est donc l’endroit parfait pour boire une bouteille de vin néo-zélandais en regardant le soleil se coucher. On rentre de nuit à la hut, où nous sommes accueilli par… une armée de scouts braillards ! Et oui, ce refuge est le plus grand de Nouvelle Zélande (80 lits), et est très populaire du fait de sa proximité avec Auckland, c’est rare d’y être au calme. Heureusement, un dortoir est assigné aux mômes, et une nuit relativement calme s’annonce ; c’était sans compter un de nos compagnons de route, qui ronfle très fort… La nuit est courte, surtout que nous devons nous lever à 6h pour aller voir le levé du soleil du haut des Pinnacles. On se lève tant bien que mal, et partons dans le brouillard, la nuit, sous une bruine glacée. En haut, la vue est aussi bouchée qu’en bas, mais on passe un bon moment avec d’autres randonneurs aussi dépités que nous (certains ont même passé là haut, sur une petite plateforme de deux mètres carrés, sous la pluie et le vent… Enfin, au moins, ils n’avaient pas de ronfleurs !). On redescend donc et allons prendre un petit déjeuner bien chaud, avant de redescendre doucement vers le parking. Le temps est nuageux, mais au moins  il ne pleut pas (trop).

De retour à la voiture vers midi, on décide de faire un peu de route pour aller de l’autre cote de la péninsule, à la fameuse Hot Water Beach. Cette plage est connue pour les deux sources d’eau chaude qui arrivent sur la plage, accessibles à marée basse uniquement (on s’était déjà fait avoir une fois avec Mathieu et René, mais cette fois-ci la marée est avec nous !). Malgré le mauvais temps, la plage est bondée. Tout le monde cherche un endroit où creuser sa piscine, et nous empruntons des pelles à des touristes qui profitent déjà de la baignade pour en agrandir un. À peine le trou est assez profond qu’il se met à pleuvoir, et on court dans l’eau se mettre au chaud. En fait, il y a une grosse poche de magma deux kilomètres sous la page, et l’eau de mer s’y infiltre, chauffe, puis remontre à la surface, à environ 60°C. C’est donc très chaud, et il faut laisser un peu d’eau de mer entrer dans la piscine pour ne pas finir bouilli. Malgré tout, le fond est vraiment chaud, et on se brule un peu parfois, mais on ne s’en plaint pas ! Surtout qu’on a acheté quelques bières pour l’occasion, et c’est un vrai plaisir de rester la bien au chaud, alors qu’il pleut ! Malheureusement, la marée monte, et le mur de notre bassin est détruit par une vague glaciale plus forte que les autres ! C’est le branle-bas de combat, on court  se réfugier dans une autre piscine que des gens ont délaissés pour se réchauffer, mais sortons assez vite avant que cette mésaventure se reproduise.  Après s’être rhabiller, il ne nous reste plus qu’à rentrer à Auckland.

Les photos.